Double regard sur Blur @ Le Zénith '15

Double regard sur Blur @ Le Zénith ’15

Retour sur le concert évènement de la semaine (du mois ? de l’année ?), à deux voix. Côté gradins c’est Merry, côté fosse c’est Mg.

So give me coffee and TV 🙏🙏 #Blur #WeLoveDamon

Une photo publiée par @barbryte le

18h30 – Côté fosse : J’arrive « un peu » en avance, soit 90 minutes avant la première partie, et donc un sacré bout de temps avant que Damon et ses potes débarquent sur scène. Rejoint par un groupe d’amis, on décide qu’il ne faudra pas faillir en fosse, et on se pose dans le parc près du Zénith pour grignoter quelque chose… sans oublier une première bière (il faut bien).

19h30 – Côté gradins : Concert ça rime souvent avec grand mec devant moi qui bouchera ma vue. Du coup pour mes retrouvailles d’avec Blur, il fallait anticiper. Je chausse des talons agréables (en théorie) et je réserve mon billet en gradin. Fail du jour, avec mes amis, nous sortons Porte de la Villette (et non porte de Pantin) et je marche trop longtemps vers le Zénith (aïe les pieds !). La bière pour moi ce sera une fois assise, à gauche de la scène et à bonne distance pour voir ce qu’il s’y passe.

20h00 –Côté gradins : La première partie monte sur scène, je prête à peine l’oreille. Mais ce sont mes jambes qui me donnent le signal. Impossible de les arrêter. Elles sont prises en otage par le rythme entêtant des Jupiter & Okwess International. Une excellente mise en jambe comme on dit !

20h40 – Côté fosse : On passe la porte du Zénith alors que retentissent les dernières notes de Jupiter & Okwess International. Finalement sans regret pour avoir profité des derniers rayons du soleil, on débarque en fosse, où les videurs filtrent ceux des gradins qui souhaitent rejoindre là où ça se passe vraiment (soyons honnêtes). Etrangement, ça n’est pas totalement complet, et on passera le concert sans être totalement collé aux autres spectateurs.

L’amour #nofilter

Une photo publiée par MgCinema (@mgcinema) le

21h15 – Côté fosse : Forcément, pour les avoir vu au Grand Journal récemment, c’est une sensation de retrouvaille assez sympathique avec les 4 anglais. Damon sautille de partout, arrivé dans son blouson vert, avec une attitude très british qui indiquait qu’il allait tout donner. Et le nouvel album d’ouvrir le bal, avec le single Go Out. Confirmation, c’est bien en live que ça donne toute sa puissance !

22h00 –Côté gradins : Les hits de Blur font toujours un excellent effet : la salle vrombit sur Song 2, Parklife, Boys & Girls, elle chante à tue-tête les refrains (heureusement que j’ai révisé mon Boys & Girls). Mais ce qui surprend encore c’est la redécouverte. Hier soir, j’ai réécouté Trimm Trabb comme jamais avant, j’ai compris le sens de Beetlebum, j’ai pris la mesure de l’universalité de Tender. Les cuivres et les chœurs qui accompagnent le quatuor a participé à cela. Je ne l’ai connaissais en live à 4 uniquement. Ils ont donné une autre dimension à leur musique. Et moi j’ai 15 ans de plus !

22h40 – Côté fosse : On n’a pas beaucoup soufflé durant cette 100e de minutes. On avait les yeux qui pétillaient, sans doute aussi à cause des visuels psychédéliques créés pour accompagner le groupe (aussi fous que la pochette du dernier album). Nostalgiques récompensés, et un nouvel opus pas ignoré, Damon et ses potes font très bien le job. On regrettera toujours l’accoustique déplorable du Zénith, mais comme toujours on y reviendra. Pour l’instant on respire un peu avant d’enchaîner sur un rappel que l’on souhaite très long…

Ken et Barbie à poil devant @blurofficial

Une photo publiée par @barbryte le

 23h00 –Côté gradins : Blur raisonne dans ma tête comme l’un des concerts de mon top 3 ever ! Mais c’était en septembre 1999 dans une petite salle parisienne. Le Zénith non fumeur, les choristes, les cuivres… j’ai une impression de nostalgie perdue. Pourtant j’ai pris beaucoup de plaisir. J’ai même réécouté le concert dès son lendemain. Il y a une aura chez Damon Albarn qui rend addict.

Blur Setlist Le Zénith, Paris, France 2015, The Magic Whip Tour

Et comme le monde est merveilleux, le concert est disponible en replay chez Arte, et c’est par ici.