The Ting Tings – Sounds From Nowheresville

Vous vous souvenez de The Ting Tings bien sûr. Duo électro-pop qui nous avait séduit avec leur premier album We Started Nothing et ses morceaux dynamiques comme Shut Up And Let Me Go, That’s Not My Name, Great DJ ou We Walk. Les revoici avec Sounds From Nowheresville, tentant de reprendre la main pour revenir au niveau de leur prédécesseur, quand TV et radios nous inondaient de leurs singles entraînants.

Et des singles entraînants, il faudra creuser pour en trouver. Sounds From Nowheresville est loin d’arriver à la cheville de son aîné. Il n’aura pas de démarrage en trombe avec Silence qui en fait l’ouverture, ni les deux titres suivants Hit Me Down Sonny et Hang It Up, piochant souvent dans du déjà-entendu, notamment du côté de groupes comme The Go! Team, qui assurent beaucoup mieux dans le côté « phrasé-revendicateur » agrémenté d’une multitude de sons rythmés. Il faudra plutôt attendre le meilleur enchaînement, se situant au milieu du disque, avec Give It Back / Guggenheim / Soul Killing / One By One pour avoir l’impression de retrouver The Ting Tings. Mais toujours un niveau plus bas, malheureusement.

Par la suite, c’est la cata. On restera dubitatif sur la ballade Day To Day, affreux morceau de teenage pop qui défigure le disque. Même interrogation sur le titre suivant, Help, un étrange mélange de pop sans saveur et d’électro sans profondeur, le tout dénué de rythme. Enfin, cerise sur ce gâteau déjà périmé, In Your Life achève le disque en nous plongeant dans une totale dépression, un moment intime entre Katie White et trois voire quatre notes de guitare, pendant trois minutes intenables. Le groupe signe sa propre mort de l’électro qui lui avait pourtant ouvert tellement de portes et d’oreilles.

Le grand retour de The Ting Tings est complètement raté. Sounds From Nowheresville commence rempli de fierté et de prétention, et se casse royalement la figure en sombrant dans l’ennui le plus profond. Et un deuxième album qui ne confirme pas, c’est souvent un boulet que l’on doit traîner pendant longtemps au risque qu’il vous fasse tomber dans l’oubli.

1.5 / 5
À lire aussi ⬇️

Devenez contributeurs/rices. 👊

Rejoignez un magazine libre et respecté. Depuis 2004, Onlike recense pas moins de 46 contributeurs indépendants dans ses colonnes,

en savoir plus
NEXT ⬇️ show must go on