Dexter - Saison 8

Dexter – Saison 8

Chant du cygne pour Dexter Morgan. Le serial killeur préféré des ménagères tire sa révérence, et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il le fait dans la douleur. Non pour lui, mais pour le spectateur. Au terme d’une année sans réel but ni envie, DEXTER referme la porte sans le panache ou le scandale de son arrivée. Ce qui était un joli pari, un show avec du panache, des idées sombres et une tentative de secouer le petit écran est devenu au fil des années un soap de basse qualité se répétant sur lui-même, quitte à se terminer sous forme de néant scénaristique et artistique. Page tournée.

Dans ses premières années, DEXTER a connu des tragédies, des meurtres violents et des histoires peu banales. Le soleil de Miami s’effaçait devant la froideur de l’ensemble. Et puis la série a choisi son cap. Le défi le plus absurde, mais pas illogique, de voir le héros sans émotions se confronter à… sa famille. La normalisation le guettait, et lui se débattait. Malheureusement l’écriture n’a pas suivi, et on a tout tenté pour continuer à lui laisser des limites classiques, là où ce monstre tueur aurait dû se lâcher.

Non, ce que l’on nous annonçait comme le choc télévisuel qui allait effrayer le spectateur n’aura tenu que quelques saisons. Deux pour les plus pessimistes. Ensuite DEXTER a alterné, une année sur deux, les réussites. Selon le méchant de service, selon sa propre évolution, DEXTER a oscillé entre ennui et éclat. Cette dernière année aura terminé de creuser sa propre tombe, pour une fin sans briller. Et jusqu’au bout, on aura voulu nous faire comprendre l’absence de volonté à lui offrir des adieux mérités.

Sur les 12 derniers épisodes, tout a augmenté. Les incohérences, l’absence de logique globale, d’une réalisation tenue, de personnages cohérents. Même pas digne d’être sauvé, DEXTER détruit son mythe et son futur caractère « culte ». On restera sur quelques souvenirs, et puis on ira voir ailleurs. Car depuis qu’il a ouvert la porte d’une certaine noirceur (à son époque co-existait aussi NIP/TUCK), on a connu mieux. Pour l’instant, ça a surtout comme nom AMERICAN HORROR STORY. On vous laisse, la troisième saison débarque.

1 / 5