Dark Shadows

Dark Shadows

Tim, Tim, Tim… C’est un peu l’année du Burton en France, entre l’exposition à la Cinémathèque et la sortie de FRANKENWEENIE en octobre. Entre les deux, vous avez le fantasque DARK SHADOWS, retour sur grand écran d’une série fantasticomique des années 60 dont le grand Tim (et Johnny Depp – ils sont inséparables) se réclame ardent fan. Tout sur le papier était donc des plus séduisants ; Burton, du gothique et… les années 70.

Le principe de DARK SHADOWS est assez simple : un vampire maudit (par amour) se réveille en plein 1972. Choc culturel et familial, Barnabas Collins de son nom se retrouve avec un monde transformé, des fleurs partout et une famille de raté sur les restes de son empire. Et dans tout cela, entre une copie de sa fiancée (séduisante et très… burtonesque, Bella Heathcote) et la présence de la sorcière qui l’a condamné à ses tourments, tout est prêt pour une histoire entre magie noire et… boule à facettes. Dès les premières minutes, on sent le Burton sans grande vigueur enchaîner les plans avec une absence totale de créativité. Aussi intéressant qu’un pilote de série télévisée (on attend d’ores et déjà sa suite…), le budget en plus, DARK SHADOWS compte fleurette avec un encéphalogramme plat entre un vampire au cœur brisé et une tripotée de personnages secondaires semi-existants. Bref, ce film bien dans l’esprit du maître Burton confirme que ce dernier a bel et bien perdu sa magie, pour se métamorphoser en faiseur d’images bien ternes. Et ce n’est pas son curriculum récent qui nous contredira. D’ALICE à CHARLIE, en passant par SWEENEY TODD, Tim a perdu quelque chose en chemin.

DARK SHADOWS n’est donc pas le retour en grâce de Burton, qui malheureusement enchaîne les grivèleries avec paresse. Essayant de jouer sur un humour graveleux et la poitrine d’Eva Green, tentant le décalé pour faire rire, c’est peine perdue. Nous voilà devant un film sans surprises et sans rythmes, dont le déroulé n’a rien d’inattendu. Si le dernier tiers remonte un peu l’ensemble, aidé par des effets visuels et un semblant de vigueur rythmique passagère, la dernière image, conforme en tout point à l’idée qu’on s’en faisait une demi heure avant, nous achève. Cette impression que Tim Burton n’a plus aucune surprise en poche nous laisse pantois. Pourrait-il nous revenir avec le passage en grand de son FRANKENWEENIE ?

1.5 / 5