New York sans New York : Philippe Delerm en touriste imaginaire

New York sans New York : Philippe Delerm en touriste imaginaire

Qui d’autre ? Qui d’autre que Philippe Delerm pouvait raconter la ville de New York sans n’y avoir jamais mis les pieds ? Le représentant de « l’instantané littéraire » s’attaque à l’emblématique et charismatique New York City pour en partager sa représentation toute personnelle, construite sur des fondations bien moins solides que le béton des gratte-ciel.

New York sans New York - Philippe Delerm

C’est ce qu’il parvient à faire dans son style instantané si reconnaissable : un guide fort peu touristique, mais surtout rêvé voire même fantasmé, à partir des films de Woody Allen, des photographies de Vivian Maier, de l’ambiance du marathon ou de West Side Story, et bien d’autres éléments encore.

Si le dépaysement est réel, la frustration du lecteur qui connaît déjà la ville également : il y aurait un plaisir indéniable à redécouvrir New York avec l’auteur, pour confronter sa représentation avec la réalité d’une mégapole en perpétuel mouvement. Ce ne serait d’ailleurs pas NYC le véritable sujet mais bien « Philippe Delerm découvre enfin New York », lui qui par le passé a déjà refusé plusieurs fois les occasions de se rendre dans la grosse pomme, pour tenir l’objectif de son livre. Que penserait-il des chantiers permanents qui piègent la ville ? De l’incroyable calme qu’offrent certains quartiers dans la journée alors qu’il décrit la ville par son foisonnement et son agitation ? De tout ce qu’il imagine et écrit de façon théorique et non empirique ?

J’ai repensé à mon propre « instantané » de New York, un article rédigé à propos de Chelsea Market : c’est pragmatique, factuel, vécu. Sans doute Chelsea Market s’est transformé dix fois depuis. Il ne ressemble sûrement plus à mes souvenirs, tout comme le New York que décrit Delerm n’existe pas. New York sans New York est finalement une fiction touristique racontée par un voyageur de l’imaginaire. On regretterait presque que l’auteur ne soit pas plus frustré par son évitement de l’une des villes les plus fascinantes de la planète.

Philippe Delerm – New York sans New York – éditions Seuil.